Drone_H20C_JJRC1

Les drones télécommandés fleurissent sur les étalages des rayons de jouets. Il en existe de toutes les tailles, couleurs et même formes. Après avoir été les stars de Noël dernier, ils continuent à prendre une part importante sur le marché des produits high-tech et de gagner aussi bien le cœur des enfants, petits et grands, que de leurs parents.

PRESENTATION

Cet appareil porte le "doux" nom d'H20C. Ce n'est pas forcément joli à retenir, mais il a le mérite d'éviter les problèmes de traduction. Contrairement à la majorité des drones disponibles sur le marché, celui-ci est un hexacoptère. Vous allez peut-être me dire que ce terme n'existe pas mais alors, comment nommer un appareil doté de 6 rotors comportant chacun une hélice ? Sa taille minuscule et son poids plume en font un jouet d’intérieur bien moins inquiétant que ses grands frères. De plus, en cas de rencontre avec d’autres objets du salon, il fait également beaucoup moins de dégâts. Constitué d’un plastique flexible, chaque hélice est dotée d’une petite protection permettant de la préserver en cas de choc. Un lot supplémentaire de pales est tout de même prévu dans l'emballage. Le fait qu’il soit doté non pas de 4 mais bien 6 rotors fait qu’on a du mal à distinguer l’avant de l’arrière, si ce n'est grâce à la présence de l'objectif, ce qui n'est pas forcément facile en cours de vol. Petit détail niveau design : une fois retourné, il ressemble quand même étrangement à une grosse araignée ^^

Drone_H20C_JJRC6CARACTERISTIQUE GENERALES ET TECHNIQUES

Drone_H20C_JJRC3

  • Taille : 11 cm

  • Nombre d’hélices : 6

  • Batterie : 280 mAh

  • Type de vol : intérieur

  • Système de contrôle : télécommande 2.4 Ghz

  • Type de déplacement : vol, looping

  • Caméra embarquée : oui

  • Résolution vidéo : 720p en .avi (résolution 1280 X 720) 

  • Gamme de prix : moins de 50 euros

Drone_H20C_JJRC2

FONCTIONNEMENT

  • Installation de la batterie et des accessoires

Drone_H20C_JJRC4

La batterie se loge sous le ventre du drone. Le détail plutôt étonnant est la présence d’une sorte de rack directement fixé - et même collé - à celle-ci permettant de la faire glisser le long d’un logement en plastique. Le maintien est alors parfait, même si les premières installations nécessitent tout de même un certain doigté. Comme toujours pour les batteries de cette taille, elle se recharge directement au port USB d’un ordinateur grâce au câble fourni dans l’emballage. Attention, pas question de la brancher directement sur un chargeur secteur au risque de la faire griller ! Une grosse demi-heure est nécessaire pour la charger mais une fois prête, nul besoin d'un câble pour la relier au drone. L’extrémité de l’accumulateur est doté d’une fiche qui s’enfonce d’elle-même dans une prise prévue au bout du logement. Autre détail qui le distingue des autres drones habituels, la présence d’un interrupteur permettant de le mettre sous tension. Une fois actionné, le petit appareil clignote en attendant sa synchronisation avec la télécommande.

Drone_H20C_JJRC9   Drone_H20C_JJRC5

  • La télécommande – principales notions de pilotage

Drone_H20C_JJRC8

La télécommande est identique à celles proposées avec les modèles de quadricopères, et mêmes les hélicos avec une seule pale. Elle fonctionne au moyen de 3 piles LR03 (les petites que vous utilisez pour la télécommande de la TV). On retrouve ainsi les deux joysticks permettant de le contrôler, et un tas de boutons directionnels, appelés Trims, pour rectifier l'équilibre de l'appareil en vol. Deux rangées supplémentaires de boutons, ainsi que deux gâchettes venant se positionner sous les index, terminent de compléter ce véritable tableau de bord. Pour faire simple, la manette de gauche contrôle la puissance des gaz en accélérant ou réduisant la vitesse des hélices : grâce à elle, le drone s’élève dans les airs et en redescend. Egalement, lorsqu’on bascule cette gâchette sur un côté, l’appareil tourne sur lui-même pour changer de cap ou même, effectue un demi-tour complet. Celle de droite permet de d’orienter le drone, soit sur les côtés pour lui faire dévier sa trajectoire, soit vers l’avant ou l’arrière, ce qui permet de relever ou d’abaisser son nez pour le faire avancer ou reculer.

  • Ses capacités en vol

Drone_H20C_JJRC11

Outre le fait de pouvoir le faire évoluer dans les airs, il est également possible d’effectuer de véritables acrobaties avec son appareil. En effet, deux gâchettes sont positionnées au sommet de la télécommande dont l'une permettant de créer des loopings. Le drone a toutefois besoin d’un peu d’espace, et surtout d’une bonne distance au sol, afin d’effectuer sa manœuvre en toute sécurité : en effet, la figure lui fait perdre énormément d’altitude ce qui fait que s’il est déjà trop près du sol, c’est le crash assuré ! Autre petit bouton amusant : la présence d'un "Retour automatique". Si vous avez le malheur d'appuyer dessus, le drone revient vers vous à la vitesse d'une torpille ! Très surprenant, mais particulièrement hilarant.

  • La caméra embarquée

Autre intérêt de ce drone, et pas des moindres, la présence d’une caméra embarquée permettant de filmer ses prouesses en vol. Cette option n'est généralement pas présente sur des appareils de cette taille, ce qui apporte un intérêt supplémentaire à l'engin. Il vous faudra insérer au préalable une carte mémoire de type microSD (qui est normalement fournie avec l’appareil) directement dans un logement sous le ventre du drone et dissimulé par la batterie. Elle se commande directement grâce à deux boutons placés sur la télécommande, l'un pour la vidéo et l'autre permettant de prendre des clichés. Résultat : des prises de vues chaotiques sur le fond sonore assourdissant des rotors, mais des images que l'on s'empresse d'aller visionner sur le PC, et qu'on est très fier de partager ^^ 

*** Vols de test en vidéo ***

VERDICT

Drone_H20C_JJRC10

Le H20C est donc un drone de taille mini dont l'aspect général ainsi que le prix devrait facilement séduire les "débutants", même s'il faudra tout de même prévoir un peu d'entraînement pour le maîtriser totalement. Evolutif, il permet, lorsqu'on a enfin pu acquérir les rudiments de pilotage, d'effectuer des acrobaties plutôt impressionnantes et sympathiques. Doté d'une caméra située à l'avant, il est également possible d'immortaliser ses prouesses aériennes, même s'il ne s'agit que de traverser le salon sans rien cocher ! Les arceaux de protection sont flexibles, ce qui est généralement une bonne chose car ils amortissent efficacement les chocs contre les hélices en cas de chute ou de rencontre maladroite avec un mur. Néanmoins, le moindre coup mal reçu tord la protection qui vient ensuite frotter sur la pale. Il faut donc constamment rectifier les mauvais plis du plastique. Si cela devient trop gênant, il est possible de les dévisser pour profiter du drone nu. Egalement, en cas de grosse chute, les hélices ont la bonne idée de sortir presque instantanément de leur axe, ce qui leur évite de casser net. Elles se replacent alors très facilement en les enfilant par le dessus. Attention toutefois en les clippant car elles ont chacune un axe attitré, sans quoi votre drone ne pourra plus décoller.

Mon conseil : malgré sa petite taille, ce drone est un jouet à ne pas mettre entre toutes les mains. En effet, son aspect de mouche rigolote amuse énormément les enfants qui se jetteront facilement sur l'engin comme des ramasseurs de balles à Rolland Garros. Grosse erreur, les hélices ont beau être toutes petites, elles n'en restent pas moins dangereuses pour les plus jeunes. Alors, si vous avez des bambins à la maison, apprenez-leur à rester à l'écart de l'appareil et apprécier le vol à bonne distance.

CONCLUSION

(+) Une caméra embarquée dans un drone de taille mini

(-) Les protections flexibles viennent parfois gêner les hélices en vol

Infos complémentaires : site du fabricant