Innorobo_2016_2

Présidé par la charmante Pepper, cadette prodigue de la société (anciennement française) Aldebaran, le salon Innorobo s’est tenu pour la première fois aux portes de Paris cette année, du 24 au 26 mai. Bien que majoritairement axées sur l’industrie et les sociétés, certaines innovations robotiques sortaient tout de même du lot pour explorer les thématiques qui nous touchent plus étroitement, à savoir le domaine de l’éducation ou plus simplement de la maison.

Les robots de compagnie pour le grand public

Innorobo_2016_7

Malgré un positionnement en bout de hall, difficile de ne pas le remarquer tant l’équipe de Blue Frog avait mis le paquet pour son petit protégé Buddy. Et c’est dans le cadre cosy de canapés, ambiance petit salon familial, que la nouvelle mascotte tricolore a pu rencontrer son public. Si vous prenez le phénomène en marche, Buddy est un robot initialement financé par une campagne Indiegogo en juillet 2015. Haut de 60 cm, un adorable sourire et de grands yeux rieurs affichés grâce à une large tablette tactile, il s’impose comme le tout premier robot compagnon spécialement conçu pour le grand public. Le petit robot n’avait pas à douter de son succès lors du salon, en effet, les rares concurrents de sa catégorie faisaient pâle figure tant le kawaii-bot attirait une foule de curieux comme de passionnés autour de son stand. Entre séances de charme et de selfies, le robot est passé de bras en genoux pour le plus grand bonheur des réseaux sociaux et de son créateur, Rodolphe Hasselvander, particulièrement sollicité par la presse venue pêcher quelques précieuses informations concernant cette étrange créature, précurseur d’un monde où chaque maison n’habitera plus seulement un chien et un chat, mais également un robot de compagnie.

"Buddy rencontre une nouvelle fois un franc succès auprès du public"

Innorobo_2016_5

Ubtech était également présent avec ses trois produits phares : l’Alpha 1Sà présent disponible en France dans certaines grandes enseignes grâce au distributeur PNJ - son petit frère Alpha 2 - qui a remporté un brillant succès lors de sa campagne de financement sur Indiegogo - et dans une toute autre gamme, Jimu - un modèle totalement personnalisable un peu dans l'esprit des Lego Mindstorms. Bien que programmables à l’envie, Alpha 1S et Jimu rentrerait plutôt dans la catégorie de jouets avancés, tandis que l’Alpha 2 se positionne véritablement comme un robot de compagnie. Interface connectée capable de centraliser les appareils high-tech de la maison, il s’agit d’un assistant personnel dont la forme humanoïde, très inspirée de Nao, tend à le rendre sympathique aux yeux des membres de la famille. Un concurrent très sérieux pour notre petit Buddy.

Innorobo_2016_15

Innorobo_2016_18

Autre robot particulièrement sympathique, le très amusant Reeti proposé par Robopec. Présent sur le stand de la société Haapie qui développe justement des programmes de communication Robot-Humains, Reeti possède un visage et des oreilles souples en silicone, des yeux ronds et mobiles, ainsi que des joues lumineuses. Ce robot-manchot-statique aux allures de Shrek, dont la version V2 est sortie début 2015, est capable de mimer tout un panel d’expressions faciales très touchantes.

Les robots destinés à l’éducation

Innorobo_2016_4

Bien que la rumeur de sa « retraite » commence à jaser très sérieusement dans les médias, certains continuent encore – et c’est tant mieux – à croire au potentiel éducatif de Nao. Hoomano, qui a justement un partenariat avec Buddy et Pepper, était l’une des nombreuses sociétés à faire découvrir ses programmes spécialement développés pour accompagner Nao dans le monde de la vente, comme ils l'ont brillament prouvé en accompagnant le petit bonhomme dans les magasins Darty. D'autres établissements, publics comme privés, font de Nao une plateforme interactive dotée d'un énorme potentiel pour l’éducation.

Innorobo_2016_26

On retrouvait également la société Haapie, citée précédemment, mais présentant cette fois son petit protégé, le Haapie-One. Ce petit robot, à l’allure de grosse souris, est capable d’ingérer une énorme quantité d’informations et de les restituer de manière raisonnée lorsqu’on lui pose une question. Pour enseigner aux enfants, c’est un atout ludique fabuleux ! Et le résultat est assez épatant pour pouvoir étendre son intérêt dans les domaines personnels comme professionnels, permettant d’intégrer la souris aussi bien dans les foyers que dans les bureaux. Plus attachant niveau design que Jibo, ce concurrent est à garder très sérieusement à l’œil.  

Toujours du côté de l’éducation, la société Easytis faisait découvrir des créations particulièrement ludiques à destination des plus jeunes. Parmi elles, d'adorables petites abeilles prénommées Bee-Bot et Blue-Bot permettent d’initier les enfants à la programmation, et ce dès la maternelle ! Pas de codage compliqué ni de langage obscur, l’éveil se fait de manière logique et intuitive, sous forme d’un jeu de parcours particulièrement amusant.

"Les abeilles Bee-Bot et Blue-Bot enseignent la programmation aux enfants"

Innorobo_2016_16

Les robots destinés aux entreprises

Le monde de l’industrie était donc très largement représenté par des robots musclés et d’impressionnants bras mécaniques. Mais du côté des entreprises, beaucoup de projets étaient également venus chercher des financements. En effet, n’oublions pas que les sociétés sont avant tout les premiers investisseurs et les tout premiers utilisateurs des nouvelles technologies sans qui un produit ne pourrait très certainement jamais voir le jour. Et c’est grâce à leur soutien que les robots pourront se démocratiser pour arriver ensuite dans nos maisons à un prix abordable.

Innorobo_2016_9

Les entreprises pouvaient donc découvrir des innovations créées tout spécialement pour leurs propres besoins comme la surveillance, la téléprésence ou encore l’accueil et le renseignement du public. Pepper, le plus médiatique des robots d’accueil du moment, avait donc une très sérieuse concurrence sur le salon. On pouvait justement y découvrir Tiky, proposé par la société Event Bots. Ce robot tout maigrichon avec un grand tatouage sur tout le côté droit possède un visage anguleux et exprime ses émotions grâce à un alignement de petites LED. Design simpliste mais particulièrement efficace !

Innorobo_2016_12

Avec son corps cylindrique particulièrement imposant, le Diya One de Partnering Robotics et Cofely-Engie s’est imposé comme l’innovation à la fois 100% utile et 100% française. Ce robot a en effet l’unique fonction, mais non des moindres, de purifier l’air ambiant des bureaux. Destiné aux entreprises, cette machine est donc capable de se promener dans les espaces de manière totalement autonome afin de collecter l’air que nous respirons. Et lorsque ses capteurs détectent une charge trop importante de ces vilaines particules qui nous empoisonnent à petit feu, il les aspire pour ne restituer qu’un air pur et propre.

"Le robot Diya One surveille et purifie l'air que nous respirons dans nos bureaux"

Webot et Promobot sont des robots développés par de jeunes startup elles-mêmes issues de la fondation russe Skolkovo. Destinés aux entreprises, ces robots mobiles permettent, pour le premier, à un opérateur de se rendre virtuellement mais d’interagir physiquement dans un espace, tandis que le second se destine à l’accueil et le renseignement des visiteurs. Promobot, justement, n’est pas passé inaperçu tant son physique énorme attirait particulièrement l’attention. C’est également pour cette raison que les exposants ne l’ont pas laissé vaquer seul dans les allées du salon. Il y a peu de chance qu’il intègre un jour nos maisons sans un petit régime car il aurait alors de grosses difficultés à se retourner sans emporter la TV dans son mouvement.

Innorobo_2016_10  Innorobo_2016_11

Innorobo_2016_17

EOS Innovation, filiale financée par la très célèbre société Parrot, présentait e-vigilante, un robot capable d’effectuer des rondes de surveillance dans les entrepôts et les sites industriels. Totalement autonome dans son environnement grâce à ses capteurs, sa caméra et ses gros pneus, il peut s’avérer un vigile très performant, surtout la nuit. En cas de d’incident, il donne l’alerte, lance des signaux pour dissuader les intrus et peut être contrôlé à distance par un opérateur. On s’attendrait presque à ce qu’il soit également armé.

En marge de ces robots « utiles », se trouvait également une création simplement conçue pour le plaisir des yeux. Jessiko pourrait s’apparenter à un Robofish, ce jouet qui fait fureur dans les bacs à douche depuis quelques années déjà. Destiné non pas à une commercialisation pour le grand public mais à la décoration d’évènements pour les entreprises, ce robot-animal aux allures de requin-marteau arpentait inlassablement une large cuve d’aquarium spécialement installée pour lui lors du salon. Son corps lumineux terminé par une grande nageoire ondulait dans l’eau comme le ferait un vrai poisson, imitant parfaitement son comportement et ses mouvements gracieux. La différence avec le robot-jouet coqueluche de nos baignoires ? Outre une taille plus grande, son autonomie permet de profiter de lui durant toute une journée avant qu’il n’ait besoin d’être rechargé.

Innorobo_2016_19

Innorobo était également le lieu qu’a choisi Softbank Robotics pour officialiser la commercialisation de Pepper sur le marché européen. Le - très humblement nommé – « Pepper Partners Europe » était justement l’occasion de découvrir les différentes firmes qui ont d’ores et déjà commencé à développer des programmes pour le robot, mais également ceux qui ont prévu de l’accueillir dans leurs effectifs, notamment pour les tâches d’accueil et de renseignement du public évoquées un peu plus haut. Après son frère Nao, la très charmante Pepper intégrera les magasins Darty très prochainement, on peut espérer la rencontrer pour la période des achats de Noël à la fin de l’année ^^

"Softbank Robotics officialise la commercialisation de Pepper en Europe"

Innorobo_2016_3

A l'exception du monde de l'industrie où les tâches répétitives nécessitent davantage une mécanique précise qu’un design avenant, les créateurs de robots ont tout de même bien compris que pour se faire accepter, leurs petits protégés se doivent de pouvoir créer un minimum d’empathie avec les humains. De ce fait, la grande majorité des robots du salon Innorobo avaient tous en commun d'être affublés d'un corps, mobile ou non, surmonté d'une tête et d’un visage, qu'il soit modelé ou sous forme numérique. Même si l'idée n'est pas de copier l'être humain pour créer un doppelgänger de la race humaine, le design de la machine est suffisamment réfléchi pour intégrer des caractéristiques du vivant. Par exemple, si Nao dodeline légèrement sur ses petites jambes, Pepper simule une forme de respiration thoracique grâce à de subtils mouvements des bras. Quant à Buddy, son visage-tablette modélise directement des expressions d'humeur afin d'échanger et de communiquer sans nécessairement recourir à la parole. Le robot Reeti est également un très bon exemple, il roule des yeux et s'émeut ouvertement alors même que le reste de son corps demeure pourtant figé. Le robot cherche donc à créer des liens, à la fois grâce à un langage verbal, mais également grâce à des postures et des comportements que seul le corps peut interpréter. Et c’est justement par cet énorme travail que passera l’acceptation du public pour que cette toute nouvelle forme de vie autonome s'intègre et demeure à nos côtés.

 Innorobo_2016_1 Innorobo_2016_31 Innorobo_2016_6

Innorobo_2016_8 Innorobo_2016_13 Innorobo_2016_14

Innorobo_2016_21 Innorobo_2016_20 Innorobo_2016_27

Innorobo_2016_23 Innorobo_2016_25

Innorobo_2016_29 Innorobo_2016_28

Innorobo_2016_30 

Toutes mes excuses aux robots que je n’ai malheureusement pas cités dans cet article, le salon Innorobo comportait énormément de créations technologiques merveilleuses qui auraient toutes mérité qu’on s’y attarde ne serait-ce qu’un peu.