Drone_Hawkeye1

Quand je vous disais que 2016 était l’année des drones, et bien voilà encore un nouveau modèle qui devrait ravir aussi bien les amateurs que les experts, tous passionnés par ces engins motorisés. Le drone Hawkeye, proposé par DBPower, est loin d’être un petit joujou rigolo pour les enfants. Il s’agit d’un quadricoptère d’une taille plutôt impressionnante prévu pour une utilisation en extérieur. Il se destine également à un public plus expert, déjà habitué au pilotage de ce type d’engins.

PRESENTATION

Avec ce drone, on sent immédiatement qu’on passe un cap : on est en effet plus du tout dans le rayon “jouets”. Déjà, lors du déballage, la quantité d’accessoires qui accompagnent le carénage laisse présager qu’il s’agit d’un appareil pour une certaine catégorie d’amateurs. De même, au niveau de sa taille si on le compare à un Parrot ou un Phantom, il n’a pas à rougir tant l’envergure de ce quadcopère est importante. Ce drone est intégralement blanc si ce n’est quelques touches de rouge, et possède une paire d’yeux lumineux lui donnant un petit air limite arrogant. Il faut bien lui accorder que son apparence générale lui permet bien de se la péter un peu ^^ La batterie est très épaisse et semble être l’association de 2 batteries standards ce qui explique sa grande capacité. Il est également livré avec deux jeux d’hélices, des protections, des pieds, et divers accessoires qu’il faudra d’abord assembler avant de pouvoir envisager le premier vol.

CARACTERISTIQUES GENERALES ET TECHNIQUES

  • Taille : 50 cm
  • Nombre d’hélices : 4
  • Batterie : 1 200 mAh
  • Type de vol : extérieur
  • Système de contrôle : télécommande 2.4 Ghz
  • Type de déplacement : vol, looping
  • Caméra embarquée : oui, et amovible
  • Résolution vidéo : 1280 X 720
  • Gamme de prix : moins de 200 euros

Drone_Hawkeye9

FONCTIONNEMENT

  • Préparation de l’appareil

Drone_Hawkeye5

Au déballage, une grosse séance « bricolage » vous attend car le drone a besoin qu’on lui fixe ses pieds, ses hélices, ainsi que les protections de ces dernières. Toute la visserie nécessaire à cette opération est prévue par le fabricant, ainsi que le petit tournevis qu’il vous faut également. Si les pieds et les protections sont très faciles à fixer, il est important de bien faire attention au montage des hélices qui comportent les lettres A et B en fonction des places qu’elles doivent prendre. Le plastique de la carcasse étant assez tendre, serrez ensuite sans exagérer pour ne pas abimer le support. La charge de la batterie de cet appareil est longue, il faut en effet compter plus de 2 heures pour qu’elle soit complète. A sa décharge, le coucou est gros, alors il a besoin de pas mal d’énergie pour décoller. Compte tenu de la grosse capacité de l’accu, la charge ne se fait pas sur le port USB d’un ordinateur (ce qui prendrait une éternité !) mais sur le secteur par le biais d’un petit transfo. Un module placé entre le chargeur et la batterie donne alors de précieuses indications afin de surveiller que la charge se passe bien. Une fois le drone monté et son accu chargé, il suffit de glisser la batterie dans le logement fixé sous son ventre et de relier le petit câble de la batterie à celui du quadcoptère.

Drone_Hawkeye2   Drone_Hawkeye3   Drone_Hawkeye4

  • La télécommande – principales notions de pilotage

Drone_Hawkeye6

Visiblement, quelle que soit la taille ou le prix du drone, on retrouve à peu de chose près le même modèle de télécommande. Rien de bien étonnant à ce niveau puisque cet accessoire, d’une taille standard, fonctionne avec 3 piles LR06 non fournies. Il est doté de deux manettes surmontées elles-mêmes de deux gâchettes, avec également des petits boutons et un écran LCD sur le dessus. Pour ce qui est du pilotage, vous retrouvez également les mêmes réflexes, et ce quel que soit le drone que vous souhaitez faire voler. La manette de gauche gère les gaz, ainsi que les virages et les demi-tour, tandis que celle de droite est vouée à la gestion de l’axe horizontal de l’appareil, lui permettant de virer sur les côtés, mais également d’avancer ou reculer en baissant ou relevant le nez. Une petite différence à noter tout de même sur cette télécommande : la gâchette de gauche ne revient pas systématiquement en place lorsqu’on la lâche. Personnellement, j’aime beaucoup l’idée car elle me permet ainsi de conserver sans effort l’altitude et de me concentrer sur la stabilisation et les figures acrobatiques.

Drone_Hawkeye10

  • Ses capacités en vol

Dès la première poussée des gaz, le son produit par l’engin n’est pas aussi envahissant que l’on aurait pu le présager. Pourtant, lorsqu’on regarde la taille des rotors et la longueur des hélices, on s’attendrait à démarrer une tondeuse à gazon. Et bien non. L’appareil décolle, non sans une certaine résistance au moment de quitter le sol, mais il conserve une altitude stable sans avoir recours aux stabilisateurs. Etonnant quand on prend conscience de la puissance qu’il dégage et des dégâts que pourraient occasionner une lourde chute. La gâchette de droite permet de créer très facilement des looping, figure d’autant plus impressionnante que l’engin est massif. Pensez bien à garder une altitude suffisante au-dessus du sol avant d’entreprendre cette figure, sans quoi c’est la gamelle assurée ^^

Vidéo de démonstration en vol et point de vue caméra

  • La caméra embarquée

Drone_Hawkeye8

La caméra fixée sous le ventre du drone est alimentée directement à la batterie grâce à un câble dédié. Elle est orientable et permet ainsi de filmer le paysage lors des vols. Les images récoltées sont alors stockées sur la carte micro SD fournie dans l’emballage pour ensuite être récupérées et visionnées sur un ordinateur. Cette carte, d’une capacité de 4Go, permet de profiter immédiatement des premières images, même si elle peut ensuite être remplacée par une capacité plus importante. La résolution affiche les 1280 par 720 et, même si le résultat est plutôt sympa, on est quand même loin des images restituées par les caméras GoPro. Cela reste tout de même un atout indéniable pour les pilotes souhaitant conserver un souvenir impérissable de leurs prouesse aériennes. A noter que la caméra est également vendue séparément ce qui permet de la remplacer par un autre modèle, plus récent notamment, sans forcément racheter la boite contenant le drone complet. Pour ma part, et malgré plusieurs essais, il m’a été impossible de démarrer la caméra par le biais de la gâchette prévue sur la télécommande, sans passer par un smartphone doté de l’application dédiée. Erreur de manipulation ou réelle limitation d’utilisation ?

  • L’application dédiée

Drone_Hawkeye7

La pince fixée sur le dessus de la télécommande permet d’accueillir un smartphone. Il est ainsi possible de piloter l’engin en immersion, comme on l’avait déjà vu avec l’Ultra Drone X31 proposé par Mondo Motors. Ici, il s’agit du même principe : la caméra se connecte au smartphone grâce à une liaison wifi. Une fois jumelé, l’appareil mobile reçoit les images du vol en direct, ce qui permet de piloter l’engin de manière immersive, tout en capturant des images et des vidéos sur l’instant. Mais contre toute attente, ces données sont sauvegardées sur la mémoire de la carte que porte la caméra du drone ! Attention toutefois si vous cherchez à télécharger cette application. En effet, selon le modèle de caméra associée à votre engin, l’appli diffère. De ce fait, pour celle-ci, il faudra bien choisir la version nommée « MJX FPV » sur Appstore mais pour les appareils Android, l’appli n’est pas disponible sur Google Play et nécessite le téléchargement de l’apk sur le site « http://www.mjxtoys.com/ ».

VERDICT

Drone_Hawkeye11

Ce drone est principalement conçu pour être utilisé dans de grands espaces, preuve en est une envergure particulièrement massive et impressionnante. Mais ne possédant moi-même pas un jardin très large, je peux vous assurer que les bons pilotes arriveront parfaitement à le manœuvrer, même dans un espace réduit. En effet, ses longues hélices sont capables de brasser énormément d’air autour de l’appareil, mais pourtant, le drone est particulièrement stable si bien qu’il n’est pas forcément nécessaire d’avoir recourt à des ajustements pour le stabiliser. Bien que le pilotage soit le même, et ce quelle que soit la taille du drone, la manière d’appréhender ses réactions et de le contrôler est quelque peu différente et cela se ressent d’autant plus dans sa manière de virer. Pour faire simple, même si la base de pilotage est la même qu’avec un mini-drone style petite mouche, l’engin massif est bien plus subtil à maitriser. De ce fait, ce n’est pas un drone pour débutant et un appareil à mettre entre toutes les mains. Pour le contrôler sans risque, il faut s’être fait quelque peu la main sur une version plus petite ou avoir un coach à ses côtés. Mais le Hawkeye est un engin formidable qui devrait ravir les amateurs ^^

Remarque importante : ce drone n’est absolument pas un jouet ! Pensez à garder les jeunes enfants à l’écart des vols et garder à l’esprit que même si le drone est au sol, il peut être dangereux pour les petites mains.

CONCLUSION

(+) Massif, stable et très agréable à piloter

(-) Destiné à un public averti

Infos complémentaires : site du fabricant