Cleanhero1

Alors que le précédent modèle de la marque - que je vous avais justement présenté l’an dernier -portait le nom plutôt sympathique de Cleanfriend (l’ami du nettoyage), cette toute nouvelle version porte, quant à elle, le nom un poil plus prétentieux de Cleanhero (le héros du nettoyage). Il est donc fort à parier que le fabricant ne s’arrête pas là et nous présente un jour le CleanMaster, le CleanGod ou, pourquoi pas, le Clean-Chuck-Norris. En attendant, je vais bien entendu vous détailler cet appareil durant ce test, et ce afin de déterminer s’il mérite, ou non, de porter ce nom.  

Retrouvez un petit aperçu de son fonctionnement en vidéo :

Test du robot-aspirateur Cleanhero de Klarstein

Présentation

Le robot possède une forme ronde assez standard pour les aspirateurs autonomes, avec un diamètre de 32cm. Sa couleur noire effet glossy est particulièrement magnifique, mais également très salissante (je pense notamment aux vilaines traces de doigts et à la poussière qui risque de se déposer dessus). Un petit coup de microfibres de temps en temps lui fera donc du bien, mais il existe également deux autres couleurs pour ce modèle, une version blanche et l’autre vert pomme. L’appareil est livré avec une collection d’accessoires : sa station de rechargement avec un chargeur secteur, un mur virtuel, une télécommande, un système d’attache pour serpillère, 2 serpillères lavables, une brosse hélice supplémentaire, un peigne de nettoyage, un filtre supplémentaire ainsi qu’un petit tournevis. Tous les fabricants n’accompagnent pas leurs robots d’autant de produits et pour certains, il faut même les acheter séparément sous forme de kits. Ici, vous avez tout à disposition, même si vous pouvez toujours les racheter au détail par la suite.

  • Le dessus 

Le Cleanhero possède des boutons de fonctionnement placés sur le dessus de sa coque, mais ces derniers sont tellement fins qu’ils passent pour des voyants lumineux. Ainsi, vous en avez 3 sous lesquels il est inscrit respectivement « Auto », « Charge » et « Spot ». Les fonctions de chacun, même si vous vous en doutez déjà, seront décrites un peu plus loin. Une poignée dépasse très légèrement au-dessus du gros voyant de charge. Celle-ci permet de transporter très facilement le robot d’une pièce à l’autre, pour le nettoyer ou le vider par exemple, et d’une seule main. Le tout ne dépassant que très peu de l’appareil, ce dernier conserve une épaisseur n’excédant pas les 9cm ce qui est très pratique pour se faufiler sous certains meubles.

Cleanhero2   Cleanhero10

Le robot est constellé de picots sur son pare-chocs. Au toucher, les petites pointes en caoutchouc sont très souples, ce qui permet à l’appareil de ne pas endommager les meubles qu’il oublierait d’éviter malgré ses capteurs. Vous observerez d’ailleurs, lors de son fonctionnement, que les picots amortissent bien les coups du pare-choc, le dotant également d’une gestion physique des obstacles.

  • Le dessous 

Il est équipé d’une large brosse qui agrippe les poussières et les saletés, les apportant au tube d’aspiration pour qu’elles soient prises au piège. Une brossette en forme d’hélice est également présente sur le coté afin de déloger la poussière le long des plinthes et dans les coins de pièces car, par définition, un robot rond ne peut pas accéder à un coin carré. La notice n’en fait pas mention mais le robot possède une petite lampe. Si je ne fais pas erreur, il s’agit d’un lampe UV qui a la capacité de tuer les bactéries présentes sur le sol et les tapis. Une fonction intéressante dans la mesure où elle ne fait appel à aucun produit chimique !

Cleanhero3   Cleanhero4

Cleanhero6   Cleanhero7

 

Vous le comprendrez à l’usage, mais tous les robots-aspirateurs ont la fâcheuse tendance à s’encrasser. Le Cleanhero est particulièrement bien étudié puisque chaque partie se démonte très facilement, donnant accès à des filtres, des grilles, des brosses et des raclettes qu’il est ensuite très simple de nettoyer ou rincer. Un vrai bonheur lorsqu’on voit la quantité de poussière qu’il est capable d’accumuler au niveau des filtres et tous les cheveux qui se saucissonnent autour des brosses. Le bac de récupération est bien plus grand que celui que l’on trouvait sur le Cleanfriend, permettant de contenir une plus grande quantité de saleté que le modèle précédant. Le système d’accroche est toutefois le même et se présente comme un tiroir que l’on clipse à l’arrière de l’appareil. Bien évidemment, il est conseillé de vider ce bac et d’inspecter le robot après chaque utilisation.

Cleanhero5

Utilisation

  • Mise en route

Cleanhero9

L’appareil est livré avec sa batterie, bien heureusement, mais il vous faudra la connecter vous-même à son système. Pour cela, un tournevis est fourni dans l’emballage alors c’est le moment de penser très fort à vos cours de technologie de 5ème. Ensuite, dévissez habilement les petites vis qui fixent le grand cache sous l’appareil car c’est justement l’endroit où la batterie doit se loger. Un câble vous attend à l’intérieur et son branchement est le même que lorsque vous connectez la batterie d’un drone. Une fois le câble solidement fixé, vous pouvez le replier proprement et placer la batterie par-dessus avant de revisser le tout comme vous l’aviez trouvé. Une manipulation pas inintéressante à connaitre car si un jour vous souhaitiez remplacer la batterie de cet appareil, vous connaitrez déjà l’opération.

Pour sa toute première recharge, j’ai privilégié un branchement direct au secteur, sans passer par la base de chargement. C’est une possibilité très intéressante lorsque l’appareil est à plat après une longue période d’inactivité, par exemple, mais également si vous avez cassé son dock. Il sera toujours possible d’alimenter le robot en énergie, du moins le temps de se procurer une nouvelle station. Durant cette première charge, le gros voyant rouge clignote, signifiant que tout se passe bien et lorsque ce même voyant devient fixe, la charge peut être considérée comme complète. De longues heures sont nécessaires pour compléter cette première charge, et idéalement, il est conseillé de le laisser tranquille toute une nuit, afin de le retrouver fin prêt au petit matin. Inutile donc de s’installer près de lui en surveillant avidement son voyant.

Comme expliqué précédemment, les 3 boutons situés sur le dessus permettant 3 fonctions bien distinctes : une fonction « Auto » durant laquelle le robot arpente les lieux de manière totalement autonome, à la recherche de la poussière et des saletés, une fonction « Spot » qui invite l’appareil à effectuer un nettoyage minutieux sur environ 1m², pour un nettoyage bien localisé, et une fonction « Charge » qui commande au robot de retourner seul à son dock pour s’y recharger en attendant sa prochaine mission.

  • Télécommande

    Cleanhero8

La télécommande possède une forme toute ronde plutôt rigolote. Elle contient tellement de boutons qu’elle est plus compliquée à comprendre et à faire fonctionner que le robot en lui-même. Pour vous aider un peu, les chiffres de 1 à 7 indiquent les jours de la semaine, celui du jour étant encadré. L’heure du dessus étant l’horloge et celle du dessous, l’horaire à programmer pour le nettoyage. Les 3 boutons « Auto », « Spot » et « Charge » situés sur le robot se retrouvent sur le coté droit de la télécommande. Cette télécommande permet à la fois de radioguider le robot, mais également de programmer les jours et l’heure de nettoyage. Pour le diriger manuellement, un peu comme une petite voiture-jouet, des boutons directionnels sont accessibles en bas ainsi que 2 boutons, l’un noté « Speed », qui permet de gérer les deux vitesses du bolide, et l’autre « Stop » pour freiner l’appareil.

  • Le dock et le mur virtuel

    Cleanhero13

Tout comme la télécommande, le mur virtuel n’a pas vraiment le design habituel qu’on retrouve généralement chez les autres modèles de robot-aspirateurs. Celui-ci ressemble beaucoup à un pion d’échecs. Cet accessoire  envoie un signal au robot, lui imposant de reculer et de ne pas s’approcher de la zone délimitée. Il permet ainsi d’éviter à l’aspirateur l’accès à une zone bien spécifique, ou bien de l’empêcher de sortir ou d’entrer dans une pièce, sectorisant ainsi votre intérieur. Cela évite également d’improviser soi-même des barricades à l’aide de sacs ou de cartons pour l’empêcher de passer.

Le dock est principalement la station de recharge de l’appareil. Une fois ses batteries à plat, ou si vous lui commandez au moyen des boutons « charge » situés sur le dessus du robot ou sur la télécommande, il y retourne seul pour s’y connecter. Très bien étudié, une petite plaque est prévue sur laquelle le robot grimpe, ce qui place ses connecteurs métalliques en contact direct avec les électrodes du dock. Cette station se programme également grâce à la télécommande, imposant au robot les jours de nettoyage à un horaire prédéterminé.

Cleanhero11   Cleanhero12

Fonctionnement

Ce qui risque de surprendre les habitués des robot-aspirateurs, c’est le bruit que fait le Cleanhero, ou plus exactement le peu de bruit. En effet, comparé à d’autres modèles que j’ai pu tester, ses turbines sont bien moins assourdissantes que celles d’un iRobot, par exemple. En mode « Charge », lorsqu’il part à la recherche de la station de chargement, il coupe même son système d’aspiration, ne conservant que le vrombissement bien plus léger de son moteur. Même si je n’irai pas jusqu’à prétendre que vous pouvez regarder la TV en sa présence, c’est tout de même très agréable aux oreilles.

Pour ce qui est du nettoyage, on observe une véritable application du robot dans sa tâche. Déjà dans sa manière d’appréhender les obstacles, il s’arrête à quelques centimètres des meubles, laissant le soin à son hélice de lui apporter les saletés présentes entre l’obstacle et lui. De même lorsqu’il longe les plinthes, il conserve une distance raisonnable permettant à la brossette de déloger la poussière. Sa vitesse n’est pas excessive, ce qui fait que les saletés ne se retrouvent pas ballotées ni éparpillées aux quatre coins de la pièce. Pour revenir à la gestion des obstacles, les capteurs détectent à peu près tout ce qu’ils croisent, excepté les pieds du séchoir à linge et le pot de la plante verte qui sont surélevés par des petites roulettes, plaçant l’objet légèrement au dessus de ses détecteurs. De même si le robot se sent piégé sous une table, il aura tendance à reculer sans regarder derrière lui pour sortir de son impasse, ce qui a pour conséquence de cogner les objets derrière lui, preuve que les capteurs sont placés à l’avant de l’appareil et non pas à l’arrière. Peu importe car les chocs sont tout de même modérés compte tenu de la vitesse assez lente, et sont même atténués par le pare-chocs lorsqu’ils surviennent par l’avant.

Une fois la programmation instruite par le biais de la télécommande, le robot devient véritablement autonome et fonctionne donc même durant votre absence, ce qui est un vrai régal. Il faut toutefois penser à ne pas laisser trop de désordre avant de partir au boulot, sinon cela risque de devenir un calvaire pour lui et la qualité de son nettoyage s’en ressentira. Concernant le nettoyage, les résultats sont quelques peu différents en fonction du type de sol. Sur les sols durs, comme le carrelage ou le lino, le robot s’en sort parfaitement. Si vous avez du parquet, le support pour lingette se clipse sur le réservoir, lustrant le bois vitrifié après le passage des brosses pour éliminer les dernières poussières et le faire briller. Quant au tapis, ou à la moquette, il y passe bien quelle que soit la longueur des poils mais il reste toutefois quelques petites saletés sur les poils longs et denses, comme ceux du tapis super absorbant de l’entrée.

Autre point important à souligner, le robot semble doté d’une fonction d’arrêt d’urgence. En effet, lorsqu’il se faufile et se coince entre un meuble, la table basse et le canapé, par exemple, au lieu de s’énerver durant des heures et de vider bêtement sa batterie, celui-ci coupe tous ses circuits et se place en veille. Résultat, si vous rentrez à la maison et qu’il est sagement retourné à la station de rechargement, on peut supposer que tout s’est bien passé. Par contre, si le dock est vide et que vous retrouvez le robot éteint dans un coin, le cycle de nettoyage a été interrompu par un incident alors ne vous fâchez pas contre lui si la maison n’est pas impeccable et posez-vous la question de ce que vous pouvez faire pour améliorer l’agencement de l’espace à aspirer.

Verdict

Cleanhero14

Ce robot est particulièrement convainquant. Il navigue avec aisance dans les pièces, ses capteurs détectant les meubles, murs et objets, le préservant de s’y heurter. La grande brosse centrale balaie efficacement le sol avant que les saletés ne soient aspirées par le système. La brossette en forme d’hélice dégage les angles et nettoie le long des murs. Une lingette se fixe également sur le réservoir pour lustrer les parquets et la lampe UV permet de tuer les bactéries sans utiliser de produits chimiques. Ce petit bolide est donc multifonction et saura gérer de manière autonome tous les sols de la maison. Un vrai soutien sur lequel vous pouvez vous reposer pour le ménage.

Petite remarque : dans la notice, dont vous pouvez demander une traduction française au fabricant, des codes sont fournis afin de débloquer les différents accessoires tels que le dock, la télécommande et le mur virtuel. Or, lors de mes tests, j’ai remarqué qu’ils n’étaient visiblement pas nécessaires et que les appareils fonctionnaient très bien sans être préalablement activés ni synchronisés.

Conclusion

(+) Robot programmable et efficace sur tous les sols. Bonne détection des obstacles

(-) Télécommande multifonction un peu difficile à programmer

Infos complémentaires : site du distributeur