Ultradrone_X31_1

Ca y est, même si la météo ne semble pas de cet avis, le calendrier indique que les beaux jours arrivent à grands pas. Et lorsqu’il fait bon, on n’a qu’une seule envie… Se mettre en short ? Mais non, sortir son drone, voyons !! Alors, après quelques tests concernant des drones-jouets et des drones d’intérieur, voici le moment de commencer à vous présenter des drones capables de voler en extérieur lorsque, bien sûr, le temps le permet. Mondo Motors propose justement plusieurs catégories de drones, du joujou simple au bel engin perfectionné. Et c’est bien évidemment l'une des versions les plus « high-tech » que je vous propose de découvrir dans ce test.

PRESENTATION

Bien qu’il soit d’une envergure plutôt moyenne, les matériaux qui composent ce drone en font un véritable poids plume. Intégralement blanc si ce n’est quelques touches de jaune ainsi que deux hélices de cette couleur, vous ne trouverez pas de fantaisie, et encore moins une paire d’yeux grimaçants, sur cet appareil : l’Ultra Drone se veut aussi sérieux que possible, et surtout, donne un aspect très pro. Sous son ventre, le drone possède un interrupteur de mise sous tension ainsi qu’un véritable logement fermé pour y glisser la batterie. L’accu est justement un modèle générique de 500 mAh, facilement trouvable chez les vendeurs de modélisme pour moins de 15 euros. Un bon point pour ceux qui souhaiteront jongler avec une seconde batterie. Parmi les accessoires fournis dans l’emballage, on découvre un jeu d'hélices supplémentaires, des protections et des pieds à visser, et une pince étudiée pour être insérée sur l’antenne de la télécommande. Elle permet ainsi de fixer un smartphone d’un écran ne dépassant pas les 5 pouces, juste au-dessus de l'antenne. 

Ultradrone_X31_6 Ultradrone_X31_7

Ultradrone_X31_8 Ultradrone_X31_10

CARACTERISTIQUES GENERALES ET TECHNIQUES

  • Taille : 31 cm
  • Nombre d’hélices : 4
  • Batterie : 500 mAh
  • Type de vol : extérieur
  • Système de contrôle : télécommande 2.4 Ghz
  • Type de déplacement : vol, looping
  • Caméra embarquée : oui, et amovible
  • Résolution vidéo : 640 X 480
  • Gamme de prix : moins de 100 euros

Ultradrone_X31_4

FONCTIONNEMENT

  • Préparation de l’appareil

Avant de pouvoir commencer à faire voler votre joujou, un petit assemblage s’impose. En effet, grâce au tournevis prévu dans l’emballage, vous allez devoir fixer les pieds ainsi que les protections des hélices au drone. Profitez de ce pur moment de bricolage pour justement mettre en charge la batterie et ainsi, gagner un peu de temps. En effet, 1h30 voire 2 heures sont nécessaires pour recharger totalement l’accu sur le port USB d'un PC, ce qui permettra ensuite de voler 5 à 7 minutes. Une fois fixés, les pieds permettent au drone de décoller plus facilement que s’il avait le ventre directement à terre, mais également de disposer d’une véritable caméra détachable. Sans compter que ce train d’atterrissage lui donne une très fière allure ^^ Quant aux protections d’hélices, elles évitent aux pales de casser net à la première chute un peu brutale, car même les pilotes les plus expérimentés peuvent avoir de petits accidents. Par contre, ainsi assemblé, le drone ne rentre plus du tout dans sa boite d’origine mais s’il est si génial qu’il n’y parait, peu de chance qu’il n’y retourne avant l’hiver. Et d’ici là, il sera temps d’investir dans une belle mallette pour le faire hiberner confortablement.

  • La télécommande – principales notions de pilotage

Ultradrone_X31_2

Du côté de la télécommande, rien de très surprenant puisque l’accessoire ressemble aussi bien à celui du X-drone de Toy Labs qu'à celui du Discovery de Silverlit. Elle fonctionne au moyen de 4 piles LR06 (qui ne sont pas fournies) et communique avec le drone par fréquences radio. L’appairage entre les deux appareils est le même que pour les autres drones, à savoir qu’il faut simplement pousser la manette des gaz (celle de gauche) à fond puis revenir vers le bas. Des « bips » se font entendre lorsque la manipulation a bien fonctionné. Côté pilotage, on reste encore une fois sur terrain connu puisque la procédure est la même que pour tous les drones, et ce quelle que soit leur taille. La manette de gauche permet donc de gérer la vitesse de rotation des hélices, sachant que plus la puissance est forte, plus le drone gagne de la hauteur dans les airs. Cette même gâchette, lorsqu’elle est inclinée à gauche ou à droite, fait tourner le nez de l’appareil dans le sens indiqué pour attaquer des virages ou des demi-tours. La manette de droite, quant à elle, est celle qui gère la position de l’appareil par rapport à la ligne d'horizon. Celui-ci va donc s’incliner du côté où on actionne la manette, soit pour rectifier des déviances, soit pour avancer et reculer respectivement en baissant et levant le nez. Ces quelques informations sont essentielles pour appréhender n’importe quel pilotage de drone alors j'espère qu'elles pourront vous être utiles. La télécommande comporte ensuite d’autres fonctions plus spécifiques, comme des boutons placés entre les deux manettes que l’on nomme « trimmer ». Ils ont pour rôle de rectifier les calibrages en vol lorsque le drone a la fâcheuse tendance à virer exagérément dans une mauvaise direction. Egalement, deux gâchettes sont accessibles sur le dessus et permettent, pour la première, d’effectuer très facilement des loopings, tandis que la seconde sert au pilotage dit « headless », mais qui n'est pas vraiment ma spécialité :-P

Ultradrone_X31_9

  • Ses capacités en vol

Dès la première poussée des gaz, il n’est pas surprenant de sentir la puissance que dégage l’engin. En effet, compte tenu de sa taille et de celle de ses pales – si on compare le tout à une version miniature comme le drone T10 de GoolRC par exemple – la bête brasse vigoureusement l’air autour d’elle. Par contre, ce qui peut paraitre assez étonnant, c’est qu’il dispose d’une grande stabilité. Un petit décollage de test au milieu du salon, suivi de quelques secondes de vol stationnaire à 1m50 au-dessus du sol, permettent déjà de sentir que le drone ne vire pas, preuve que le calibrage d’origine est initialement très bon. Grâce à sa taille, vous pouvez même remarquer chez ce drone un phénomène plus difficilement repérable sur les modèles plus petits. En effet, les hélices gèrent leur puissance de manière individuelle, ce qui fait que pour permettre au drone de conserver l’horizontale, certains rotors ralentissent l’allure tandis que d’autres s’accélèrent, donnant l’impression que les quatre moteurs saccadent. L’appareil est ainsi capable de conserver un vol parfaitement stationnaire et de maintenir son équilibre même en extérieur.

  • La caméra embarquée et son application dédiée

Ultradrone_X31_5

L’Ultra drone ne serait qu’un simple quadricoptère sans la présence de sa caméra. Cette caméra se fixe sous son ventre et s’alimente au moyen d’un petit câble branché à l’appareil. Elle permet ainsi de filmer et de photographier les vols du drone, pour ensuite conserver des vidéos et des clichés de ses prouesses aériennes. La définition du petit boitier n'est pas extraordinaire, elle restitue des images d’une résolution de 640 par 480, ce qui donne forcément de meilleurs résultats sur les petits écrans. N’étant pas dotée de mémoire interne ni amovible, elle se connecte directement par wifi et peut se lier à des appareils nomades tels que les smartphones et les tablettes. Mais pour pouvoir gérer la caméra, il vous faut d'abord installer l’application dédiée intitulée « Ultradrone – Real Time FPV » et rechercher la caméra parmi les périphériques wifi de votre smartphone pour les jumeler. Ainsi, les images qu’elle détecte se récupèrent très facilement, et en simultané. Vous pouvez choisir de filmer ou de prendre des clichés, le tout étant sauvegardé dans la mémoire de votre appareil mobile. La vidéo est, par contre, dépourvue de son. Ce n’est pas plus mal dans la mesure où la douce mélodie des rotors n’est pas ce qui est le plus agréable dans les films de drones ^^ Et rien ne vous empêche d’ajouter vous-même une musique d’ambiance pour égayer votre vidéo.

Ultradrone_X31_12 Ultradrone_X31_11

La véritable innovation de ce drone réside donc dans cette caméra, mais plus spécialement, dans le fait qu’il est également possible de visionner en direct le parcours du drone. Toujours grâce à l’application dédiée, l’écran de votre smartphone diffuse en temps réel ce que voit le drone, et ainsi, permet un pilotage en totale immersion. Jusqu’alors, ce type de navigation était possible sur des drones spécialisés comme le bebop de Parrot. Ici, par un jeu intelligent de transmission d’images, on obtient une vue immersive, certes quelque peu saccadée, mais particulièrement intense pour l’utilisateur.

*** Vidéo de vol ***

VERDICT

Bien qu’il soit d’une belle taille, ce drone est un poids plume. Cela se ressent d’autant plus au moment du premier décollage où l’on s’attendrait à une certaine résistance au moment de quitter le sol, le bolide se déplace au contraire aussi facilement que s’il s’agissait d’une version de poche. Après une séance de bricolage consistant à fixer des accessoires grâce à quelques vis fournis, le drone se retrouve affublé de vrais pieds et de larges protections d’hélices. L’Ultradrone possède ainsi de faux airs de drone Phantom qui lui donnent une très fière allure. Même s'il est doté d'une caméra pour filmer ses prouesses, la qualité de sa définition de permet pas un rendu spectaculaire pour ceux qui souhaiteraient s'exercer à la vidéo aérienne. Par contre, elle offre la possibilité de piloter, non pas à vue mais en totale immersion ! Une manière très amusante, et bien plus difficile, de piloter son drone, ce qui devrait ravir les amateurs :-)

Ultradrone_X31_3

A noter qu’en détachant la caméra fixée sous son ventre, ainsi que les 4 pieds, le quadricopère se transforme en engin de course. Son fuselage ainsi débarrassé du superflu, il peut se permettre des acrobaties et se faufile plus facilement entre les obstacles. Egalement, même si je le déconseille fortement, je me suis pour ma part amusée à faire voler mon drone dans l’herbe mouillée. Le drone est revenu couvert de boue, les rotors trempés, bref, tout ce qu’il ne faut évidemment pas faire !! Et bien sachez qu’un petit coup de sopalin et non seulement l’appareil est parfaitement propre, mais il fonctionne également très bien, preuve que la mécanique de ce drone est robuste. Alors bon, une fois ça passe mais à ne pas trop s'y risquer non plus ^^

CONCLUSION

(+) Très belle allure. Grande stabilité en vol. Mécanismes robustes

(-) Temps de charge assez long pour un vol de moins de 10 minutes

Infos complémentaires : site du fabricant